Conférenciers Jour 2

Julius Carandang, Coordinateur national , Metal Workers Alliance aux Philippines

Julius Carandang est syndicaliste aux Philippines depuis longtemps. Il a été dirigeant syndical de NXP (actuellement Nexperia) et il est actuellement coordinateur national du Metal Workers Alliance des Philippines, une alliance de syndicats dans les industries métallurgiques. MWAP est affilié à IndustriALL Global Union.

 

Karen Curtis, Chef de la Section de la liberté syndicale, Département des normes internationales du travail de l’OIT

Karen gère le soutien aux organes de contrôle de l’OIT qui contrôlent le respect des normes internationales du travail et des principes et droits de la liberté syndicale.  Elle joue un rôle de coordination relativement à l’action en matière de normes et à la coopération technique, en s’appuyant sur les relations des partenaires commerciaux pour la promotion du travail décent.  Elle a fait des interventions publiques et a publié des articles sur les liens entre la liberté syndicale et la démocratie et l’effet de levier du commerce pour les droits des ouvrier.e.s  et son impact sur  les normes du travail et les chaînes d’approvisionnement mondiales.

David Foust – ITESO Universidad Jesuita de Guadalajara – Mexique

Ancien coordonnateur de CEREAL, un centre dédié à la promotion et à la défense des droits des ouvrier.e.s au Mexique. Il a également été responsable des liaisons internationales de CEREAL après avoir travaillé bénévolement pour le centre, contribuant aux ateliers de travail avec les ouvrier.e.s, aux traductions et aux relations publiques. Il a été l'un des membres du comité de direction de Good Electronics pendant trois ans. David est titulaire d'un doctorat de sociologie, il est professeur et chercheur à ITESO, une université de Guadalajara au Mexique.

Bruno Gentil Periera, Secrétaire général du Syndicat des employés de l’industrie électronique de la région de l’Ouest de la Malaisie péninsulaire (EIEUWRPM)

Bruno Periera a commencé à travailler avec le HCR pendant l’épisode des boat peoples vietnamiens à la fin des années 1970. Il aidé à mettre en place un certain nombre d’ONG, dont Suara  Rakyat Malaysia (SUARAM), le portail d’information en ligne Malaysiakiniet et plusieurs  syndicats.  Il a travaillé dans une usine d’électronique à partir de 1979, où il a participé à la création du premier syndicat de cette industrie en 1988. L’entreprise a changé de nom à plusieurs reprises pour éviter la création réussie du syndicat, ce qui a conduit aux licenciements de Bruno et de 20 de ses collègues. Après une longue bataille judiciaire de six ans, ils ont été réintégrés dans une décision historique. Bruno a continué son travail syndical et, avec l’aide de plusieurs amis et autres militants, a finalement formé quatre syndicats régionaux pour tous les ouvrier.e.s de l’électronique en Malaisie péninsulaire en 2010.