Sommet 2021 sur la liberté syndicale

Cette année, notre sommet virtuel portera essentiellement sur deux des droits des ouvrier.e.s les plus importants mais dont on parle le moins  : la liberté syndicale et le droit à la négociation collective. Le sommet aura lieu du 30 novembre au 3 décembre et sera l’aboutissement d’une série d’activités sur ce sujet que nous organisons en 2021.

Dans l’industrie électronique, seule une petite minorité d’ouvrier.e.s de la production sont membres de syndicats indépendants et démocratiques. Ils sont encore moins nombreux à bénéficier de conventions collectives. N’y ayant pas accès,  il leur est difficile de se défendre contre les abus sur le lieu de travail, de protéger leur santé et leur sécurité et de s’efforcer d’obtenir des conditions de travail décentes.

Notre sommet virtuel sera fondé sur ce que nous avons appris jusqu’à présent avec les ouvrier.e.s, les acheteurs publics, les partenaires de monitoring et les syndicats sur les droits fondamentaux à la liberté syndicale et à la négociation collective. Nous approfondirons les questions de savoir comment les acheteurs publics peuvent protéger ces droits et comment les syndicats contribuent à garantir la responsabilité sociale et environnementale dans les chaînes d’approvisionnement des acheteurs publics.

Notez ces dates sur votre agenda pour cet événement passionnant :

Du 30 novembre au 3 décembre, de 10h00 à 11h30 CET chaque jour.

De plus amples informations et les modalités  de l’inscription en ligne seront communiquées en septembre.

Ces événements vous accompagneront à ce sommet :

  • une série de webinaires en deux parties sur la liberté syndicale dans les chaînes d’approvisionnement du secteur public (regardez l’enregistrement de la partie I) ;
  • un workshop pour les partenaires de monitoring et les représentants syndicaux aura lieu en novembre afin d’examiner comment les principaux défis à la liberté syndicale peuvent être relevés par le biais du processus de passation des marchés publics ; et
  • un atelier des affiliés aura lieu en novembre pour discuter des raisons et de la manière de soutenir la liberté syndicale des ouvrier.e.s dans les marchés publics, y compris les exigences des codes en vigueur et le développement des critères.